Beaucoup d’entre vous connaissent le DISC de Marston. Certains ont peut-être déjà pu recevoir leur profil DISC.
C’est un outil très pertinent pour qui souhaite mieux comprendre l’impact de son comportement et celui des autres dans nos vies personnelle et professionnelle.

Le DISC est basé sur la réalisation d’un profil personnel (qui n’est en aucun cas un test) obtenu après réponse à un questionnaire. Les questionnaires proposés par les différents outils disponibles sur le marché peuvent diverger significativement dans leur conception et leur traitement. Le contenu de leur livrable, c’est-à-dire votre profil individuel, l’est aussi…

Le DISC pour mieux se connaître personnellement

Outre la possibilité de reconnaître le style comportemental de votre interlocuteur, l’utilité principale du DISC est de mieux se connaître dans ses forces, ses faiblesses et ses limites et dans un second temps de développer sa flexibilité pour s’adapter à autrui et à la situation.

Je suis consultant DISC certifié depuis bientôt 20 ans, d’abord Success Insights puis Arc en Ciel DISC. J’observe avec un œil intéressé tout ce qui se passe dans le monde du DISC et j’essaie de benchmarker les meilleures idées dans ce domaine. Toujours curieux et à l’affût d’opportunité, j’ai ainsi pu consulter l’autre jour un profil DISC concurrent.

Comme la plupart des profils DISC disponibles sur le marché, celui-ci comportait une trentaine de pages. Il était rempli de graphiques en tout genre. Jusque là, rien d’étonnant, ni de détonnant non plus d’ailleurs.
En parcourant ce profil personnel plus en détails, je fus néanmoins surpris de découvrir que la moitié des pages était des pages « génériques », rassemblant des généralités sur le DISC et les différents styles.  Les pages concernant réellement la personne – VOUS – représentaient seulement une douzaine de pages. N’est-ce pas paradoxal pour un outil sensé vous parler de vous ?

Femme narcissique se mettant en évidence

Je n’ai pas pu m’empêcher de comparer avec le profil AEC DISC que j’utilise couramment  ou même avec d’autres que j’ai eu l’occasion d’essayer au fil des années. Le contenu de la plupart d’entre eux sont beaucoup plus personnalisés.  Cette décevante découverte m’a inspiré les quelques réflexions qui suivent.

Profil AEC DISC

Faire son profil est une chose. Le comprendre et en tirer la quintessence en est une autre. Et même si le DISC est génériquement et improprement assimilé à la Méthode des couleurs®©, cela va plus loin que la simple découverte de quelques schémas multicolores. Il importe donc de bien prendre en compte certaines notions avant de découvrir son profil DISC.

Le Profil DISC n’est pas un test

Le profil DISC est quelques fois présenté comme test DISC ou Test des Couleurs. Ce n’est pas un test.
Votre profil DISC ne renseigne pas sur votre QI, sur votre niveau de formation. Il détermine, et c’est déjà très important, vos préférences comportementales. C’est à dire comment vous faîtes les choses.
Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses.  Il n’y a pas de bons ou de mauvais profils.

Remarque : Contrairement à ce que certains pourraient penser, un profil « plat » avec les couleurs également réparties, n’est pas une assurance tous risques vers la réussite. Avec un peu d’expérience, je prends même beaucoup de précautions quand j’aborde ce genre de profils.

Les couleurs illustrent un style de comportement pas une personne.

C’est un abus de langage de dire « Un tel est rouge » ou « Machine est verte ». En effet, chaque personne est constituée d’une combinaison de couleurs. Chacun de nous possèdent les 4 couleurs à des degrés divers. Rares sont les profils « monochrome ». La détermination des « taux » de rouge, jaune, vert, bleu dans votre sang est donc importante. C’est pourquoi une bonne conception et analyse du questionnaire et une bonne lecture de vos histogrammes sont nécessaires à la détermination et à la compréhension de votre profil.

Cela doit aussi constituer une alerte forte dans l’analyse de vos interlocuteurs. Il peut vous montrer ou vous pouvez percevoir, sa couleur du moment, son style adapté. Rien ne prouve que votre perception est « juste ». La notion de perception est même la première étape de nos formations DISC. Comme l’explique Patrice Fabart, créateur de la Méthode des Couleurs, la subjectivité existe. Surtout en situation de stress, où le DISC trouve aussi des applications.

Le profil DISC n’est pas un test de personnalité

Dans la Méthode des Couleurs, connaitre votre couleur dominante ne suffit pas. Il est important de mettre cette dominante en perspective avec les autres couleurs et notamment avec la couleur opposée (Rouge-Vert et Bleu-Jaune).

Sous peine de caricaturer la personne, il est également important de mettre vos couleurs en perspectives avec vos valeurs. Les valeurs pondèrent ou renforcent vos couleurs. Si vos couleurs indiquent comment vous faîtes les choses, vos valeurs indiquent pourquoi vous les faîtes. Elles ont donc un impact fort sur la personnalité.
Dans le profil AEC DISC, vos valeurs sont incluses dans votre profil. Ce n’est pas une option et cela ne l’est plus depuis fort longtemps.

Le profil DISC doit être vu comme un outil dynamique de développement personnel

Le DISC est une clé pour ouvrir des portes et non pas pour les fermer. La lecture de votre profil ne doit pas être prise « à la lettre ». Vous avez parfaitement le droit de ne pas être d’accord sur tout. L’analyse de votre profil doit vous permettre de mieux vous comprendre dans une remise en cause saine et constructive. C’est le rôle et l’intérêt du débriefing par un consultant, coach ou formateur certifié et rôdé à l’outil.

Le DISC, parce qu’il est simple, peut être la première marche pour prendre conscience de votre comportement mais il peut aussi permettre de prendre de la hauteur sur votre mode de fonctionnement. C’est une question d’angle et de hauteur de vue mais aussi de volonté.

Pour ceux qui veulent creuser l’introspection, Adonnante est également certifié Intelligence Emotionnelle EQ-i 2.0 et peut vous proposer de réaliser votre Quotient Emotionnel selon le modèle de Bar-On, l’EQ-i 2.0 .

Bien que la caricature soit souvent de mise sur les réseaux sociaux et le web en général, la philosophie de l’outil DISC n’est en aucun cas de mettre les gens dans des cases. Elle est d’ailleurs défendue par Carl Gustav Jung (dont quelques outils DISC se réclament aussi sans clairement justifier son apport dans la rédaction de leur profil).

« Il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories » Carl Jung.

Je conclurai sous forme de boutade, au demeurant très sérieuse, en disant que si le DISC est un outil simple et pertinent dans de nombreuses situations, sa simplicité ne signifie pas pour autant de manquer de DISCernement.